Perché au sommet du mont Capu d’Ota (1220m), un rocher semble menacer le paisible village qui s’étend à ses pieds. La légende, racontée par les villageois, veut que ce rocher soit maintenu par de grosses chaînes installées par des moines qui se relaient pour surveiller.

Ota est le point de départ ou d’arrivée du sentier muletier riche en points de vue sur les gorges de la Spelunca et le Capu d'Orto (1294 m) pour monter jusqu'à Evisa (850 m) après une belle et facile balade de 3 heures environ avec de nombreux lutrins expliquant la faune et la flore, les ponts génois, dont le pont de Zaglia.

Le village est ensoleillé à flanc de colline, il s’étend au milieu des terrasses plantées d’oliviers. C’est un ancien verger de cultures telles que le cédrat, la vigne ou le blé et où les maisons sont semblables à de petites forteresses perchées sur des rochers.

Situé environ à mi-chemin entre Porto et Evisa, sur le "Tra Mare e Monti nord ", le village d'Ota (675 m) est typiquement corse : de grosses maisons de pierre accrochées à flanc de coteau. Le coin est particulièrement reposant, surtout lorsqu’on vient de la côte, surpeuplée en été. Petit plus : le paysage de collines déchiquetées envahies par le maquis est superbe.

Un peu d'histoire :
Ota est le haut lieu de l’histoire de la « pieve du Sia ». Pendant les guerres des Cinarchesi, cette pieve, comme entre autres celles du Sevengrentu et du Salognu, était alliée à des chefs rebelles comme Ghjuvan’Paulu di Leca (fin du 15e, début du 16e), qui étaient en résistance contre Gênes. Le Sia était souvent dévasté par Gênes et les incursions turques, et les siesi se regroupaient dans le seul village d’Ota.